En savoir plus sur moi

Chaque être est formé par son parcours et les expériences par lesquelles il est passé. J'aime me considérer designer par corrélation de circonstances plus que par pure vocation : le design est la discipline vers laquelle j'ai fini par me tourner, en réponse à mon envie de communiquer joliment et justement, de façonner le monde qui m'entourait en concevant des outils qui ont du sens, mais je ne me définis pas par mon métier.

Après un court passage par l'architecture d'intérieur et une tentative de redécoration du salon familial à l'aide de Crayolas en 1984, je suis docilement le conseil que m'intime le système scolaire en investissant dans ma matière préférée : l'anglais. La traduction eut vite fait de me passionner, surtout la version et la recherche de la formule la plus juste pour exprimer les connotations exactes d'un texte ou d'une tournure.

C'est l'université qui m'a pourtant poussée à me remettre en question et chercher une autre formation, même si ce passage par l'étude de l'anglais se révèle encore aujourd'hui un acquis indéniable. À mon entrée en cursus d'arts appliqués, je découvre un nouvel univers et ses multiples perspectives. Quand il fallut choisir une spécialité entre architecture d'intérieur, design produit et communication visuelle, la dernière discipline m'a paru bien plus versatile.

Après un rapide passage à mon compte (en début de carrière, c'est un geste risqué mais très formateur), j'intègre l'agence acti pour quinze mois avant de faire mon entrée chez ThinkInnovation en juin 2008. D'une agence binôme, son dirigeant et moi développons l'activité jusqu'à atteindre le total de 7 profils hautement qualifiés début 2015 et un palmarès de projets de moyenne à grande échelle qui nous a nous-même étonnés.

Chez ThinkInnovation, j'ai pu confirmer ma polyvalence et exercer tous les talents périphériques au design pour définir l'identité, le ton de parole, la présence en ligne et les initiatives recrutement de l'entreprise. Quand, en 2013, nous commençons à penser sérieusement à faire grandir l'agence, je me lance dans la rédaction d'un manifeste pour donner corps à notre culture d'entreprise. Véritable engagement écrit envers nos clients et nous-mêmes, ce manifeste était affiché dans le bureau et souvent utilisé comme support d'aide à la décision.

Ma passion pour la ville de Lyon dure depuis 2000 et j'aime participer, même très discrètement, à son tissu social. En 2013, un passage par l'association Opendata69 pour la promotion des données ouvertes dans le Rhône me permet de toucher d'encore plus près la participation citoyenne. Je réalise également la création de leur identité et participe à des réunions de prise de contact passionnantes avec Kéolis (exploitant du réseau TCL) et le Grand Lyon. J'en suis intimement convaincue : la transparence et l'ouverture n'apportent que des bénéfices sur le long terme.

Entretemps, et constatant l'ambiance morose et le manque de communication entre la direction des Transports en Commun Lyonnais et les usagers du réseau, Kévin Soirfeck et moi-même décidons de créer Entraide Usagers, une communauté d'usagers comprenant les enjeux d'être acteurs/actrices du réseau. À travers le compte Twitter créé en 2011 et comptant à ce jour pas loin de 3000 abonné-es, c'est tout un pan du dialogue entre citoyen-nes et institutions qui se construit et perdure depuis.

2015 ne fut pas une année tendre, sur tous les plans. Après plusieurs mois à rechercher un modèle stratégique et économique viable autour de l'UX en France, les membres de l'agence et moi-même constatons les difficultés de faire fonctionner une agence de taille réduite avec des capacités et des ambitions de grande : l'équipe soudée autour de valeurs fortes ne se retrouvait plus dans des projets de grande envergure et des décisions de plus en plus difficiles à prendre et finit par remettre son bon fonctionnement en question. C'est là que le burnout entre en scène et touche plusieurs de ses membres...

Expérience traumatique en soi, le burnout est aussi une formidable épreuve d'apprentissage sur soi-même, ses valeurs, son fonctionnement. Aujourd'hui, à côté de mes activités en indépendante, je continue à parler du burnout lors de conférences et ateliers, et suis disponible sur les réseaux sociaux pour inviter les gens à s'exprimer. Dans la lignée de cette démarche, mon ancien collègue et ami Goulven Champenois et moi-même avons lancé une plateforme d'expression autour du burnout et du mal-être au travail. Je m'intéresse aussi à l'holacratie et aux nouveaux modes d'organisation des entreprises. Je prépare un ouvrage sur le travail et le burnout.

Je parle également de design, de sociologie et de notre rapport au travail lors de conférences francophones comme Paris Web, Blend Web Mix, Sud Web ou encore Mix-IT. Je fus bénévole à la conférence UX Lausanne 2016. Je fais également partie de l'association IxDA Lyon et aide mes compères à dynamiser le tissu local et sa communauté de designers d'interaction.

Side-projects

Il existe des gens pour qui la notion d'ennui est un concept vague et lointain : j'en fais partie avec bonheur. Je chante, j'ai tenu un blog BD, je suis secrétaire d'une association de promotion des jeux vidéo musicaux en Rhône Alpes et organisai et réalisai tout le design des quatre des plus grands rassemblements de jeux vidéo musicaux en Europe en 2008, 2009, 2011 et 2012, je prends des portes en photo, j'invite les gens à faire de même et me colore les cheveux.